AMC Gremlin, le diablotin des voitures américaines


Image de amc gremlin

Avec la fusion de la Nash-Kelvinator Corporation et de l'Hudson Company en 1954 débute l'histoire du groupe AMC (American Motors Corporation). Ce dernier, après avoir conjugué les deux marques tout en perpétuant les réseaux de vente dissociés, développent ensuite les modèles en parallèle. Nombreux succès s'enchainent avec notamment la Rambler, longtemps effigie de la marque. Le Javelin prend le relais d'un faire valoir en 1967. Il est basé sur le concept-car AMX tout comme le Gremlin qui débarque trois années plus tard dans la création d'un nouveau segment, la sous-compacte (mini-citadine en Europe).

Le Gremlin est donc l'espoir pour AMC d'ouvrir un nouveau marché. Avec des budgets infiniment moins colossaux que les Big Three, pouvoir offrir en prime abord une nouvelle classe de véhicule peut créer la différence. Avec le rachat de Jeep peu de temps avant, le lancement du Gremlin est risqué aux vues des finances et de l'inconnu. Pour limiter les dépenses, tout l'avant jusqu'aux portes est repris de la Hornet, seul l'arrière aérodynamique est bien remarquable. Il tranche par son fort rétrécissement et la particularité de son hayon, très peu développé aux Etats-Unis.

Quand le capot se soulève, ils nous dévoile la motorisation 6 cylindres en ligne. Elle confère au Gremlin la puissance de 128 chevaux pour une consommation en carburant la plus faible du marché ; 145 ch. sont possibles en option avec le moteur 3,8 L. La transmission à 3 rapports est manuelle. L'habitacle est lumineux ; les tons clairs contribuent à cet effet. Les sièges sont en vinyle, le tableau de bord similaire à la Hornet ne comprend que deux compteurs. L'espace intérieur se trouve limité pour les passagers. Le rangement pour les bagages est tout aussi restreint : moins de 170 L ; sièges rabattus, la capacité atteint les 500 L.

Pour un tarif de 1879 $, le Gremlin 2 places est la voiture américaine la moins chère du marché ; la version 4 places s'acquiert à moins de 2000 $. La liste des options est impressionnante (transmission automatique, direction assistée, différentiel, freinage électrique...), elle permet d'obtenir le confort des autres classes de véhicules et fait partie du plan d'AMC pour un certain renflouement. La véritable concurrence est finalement étrangère avec la fameuse coccinelle pourvu d'un moteur à 4 cylindres, Ford va aussi s'insérer en fin d'année dans ce segment avec sa Pinto. Les ventes de Gremlin affichées sont qgratifiantes pour cette première année : 25300 unités sortent des usines.

En 1971, Chevrolet et sa Vega veut s'emparer à son tour d'une part du gâteau. Le Gremlin modifie ses moteurs pour acquérir plus de performance : ils développent maintenant 135 ch en série et 150 en option. Un package X s'offre une bande latérale, un écusson, des pneus spécifiques et des sièges baquets. A partir de 1972, un V8 de 150 ch. devient accessible, les freins à disque suivent. En 1973, Levi's Strauss est retenu pour habiller le Gremlin : les revêtements des sièges sont en jeans et un logo en forme de poche apparaît sur les ailes. De 1974 à 1976, quelques modifications structurelles sont apportées, le Gremlin se redessine légèrement et accueille de nouveaux pare-chocs. En 1977, c'est la grille quadrillée qui apparaît distinctement.

Dans sa dernière année, le Gremlin adopte une version plus agressive, la GT (3000 unités produites) ; elle comprend spoiler, bandes spécifiques, ailes élargies et tableau de bord inédit avec de l'alu. Les ventes totales sur huit années s'élèvent à plus de 671000 modèles. Le Gremlin, qui a marqué le seventies, est remplacé l'année suivante par l'AMC Spirit.