La Chevrolet Camaro fête ses 50 ans et s’offre la plus puissante motorisation de son histoire : la ZL1 est de retour !


Image de

Dans l’affrontement permanent des Big Three, Ford avait franchi un cap avec sa Mustang en 1964 ; General Motors se devait de réagir et la Chevrolet a fait son apparition trois années plus tard démontrant son faire-valoir. Camaro une désignation houspillée par la concurrence, mais qui fait ses preuves et emballe une clientèle de tous horizons : presque 700000 modèles sont écoulés en trois ans. Si déjà en 1969, la ZL1 s’inscrivait dans les légendes de la voiture américaine avec son big block de 7 l proposant 430 chevaux, aujourd’hui Chevrolet présente un modèle 2017 qui détrône la puissance originelle. Partageant la motorisation surcompressée avec sa sœur Corvette (V8 LT4), la Camaro actuelle dispose de deux cent vingt destriers ajoutés (soit 650 au total), d’un couple de plus de 881 Nm pour une cylindrée pourtant diminuée (6,2 l) ; elle s’empreint maintenant dans la saga des voitures de sport modernes. Lansing, capitale du Michigan produit une nouvelle structure à General Motors : la plate-forme GM Alpha ; elle s’est rigidifiée, allégée (gain de 79 kg) par rapport la Camaro de la génération précédente. Plus compacte (4,78m x 1,90m), la ZL1 dispose d’un système aérodynamique spécifique calculé au plus haut point et justifiant le look. Celui-ci reproduit d’ailleurs en partie le style natal comme depuis la mode néo-rétro relancée en 2008. Le design est donc conçu de cette vogue et surtout de la volonté de performance liée directement à la silhouette et aux technologies greffées. Tout le flux d’air est maîtrisé avec un débit au summum : la grille d’air avant est impressionnante, un extracteur carbone évacue la chaleur du moteur et des écopes refroidissent le système de freinage. Le châssis accueille une transmission automatique dix rapports qui optimise une accélération débordante (heureusement la boite mécanique manuelle n’en comporte que six !). Il possède également le Magnetic Ride permettant aux suspensions un réglage instantané (l’électronique manœuvrant au millième de seconde) ainsi qu’un différentiel à glissement limité. Le contrôle du véhicule est d’un confort et d’une maniabilité ultimes tant la stabilité et la réactivité sont exemplaires. Goodyear s’est chargé de l’habillage des jantes en aluminium 20 pouces avec sa pneumatique de gamme Eagle F1 Supercar. Le freinage quant à lui est assuré par des étriers Brembo : six à l’avant, quatre à l’arrière. L’habitacle somptueux est doté de sièges de la marque allemande Recaro ; connue pour sa fiabilité et son très haut de gamme (firme très prisée par Aston Martin), elle habille élégamment la Camaro avec ses formes, ses nobles matières (cuir, daim) et confère au pilote un maintien à la fois ferme et confortable. Un soin particulier à l’éclairage est adopté avec multiples positions. Le raffinement continue avec la planche de bord dernière génération, le multimédia et sa connectivité sont bien évidemment présent : on pourra distinguer un Data Recorder qui permet d’enregistrer sur carte SD les données en temps réel des performances réalisées avec la voiture. On peut ainsi analyser notre pilotage et progresser sur les circuits. Visible et star au salon Auto-Show de New-York du 25 Mars au 3 Avril, la Camaro ZL1 sera enfin disponible en Novembre 2016 dans les concessionnaires aux Etats-Unis pour plus de 62000 dollars et donc aussi  sur les sites spécialisés dans l’importation pour la France (voitures-americaines, AmeriCarOnLine, Fabulous Motors…), avis aux amateurs…