Chrysler Pacifica 2017, le premier monospace hybride du segment atterrit avec sa technologie de pointe


Image de chrysler pacifica

Repris d’une petite ville californienne, Chrysler donne la désignation Pacifica à l’origine pour un concept. En 1999, il s’agissait de remettre en avant le modèle Town & Country qui fêtait ses dix années et d’en réaliser une variété plus luxueuse. Développée en tant que Crossover entre 2004 et 2008, la Pacifica va, en finalité, reprendre le segment monospace en 2016, sonner le glas pour T&C et prendre sa place en 2017. Le programme de Chrysler suit son cheminement : afficher clairement ses idées progressistes. L’épanouissement de la Pacifica en témoigne avec la catégorie familiale (ici jusqu’à 8 passagers) qui voit adopter l’association du moteur thermique et du véhicule électrique tout en s’appuyant sur l’avancée technologique.

Apparue au salon de Détroit au début de l’année, le Chrysler Pacifica 2017 bénéficie d’un profilé optimisé pour la conduite. Du nez affiné, de l’inclinaison du pare-brise, de la conception du carénage (monocoque bombée ou élancée selon la partie de la carrosserie), des sous-ventaux aux contrevents intégrés dans la fine calandre, tout l’aérodynamisme est pris en considération et ajusté avec une subtilité débordante. Le look des phares avant imités par les antibrouillards au dessous et la courbe chromée du becquet reprenant une certaine symétrie à celle du dessus confèrent une allure racée et véloce au véhicule. Le tout est accentué par les jantes 20 pouces en alu et une gamme nacrée de colorisation

L’ère bientôt révolue du pétrole apporte ses bienfaits à l’industrie automobile : le développement hybride du motopropulseur V6 Pentastar de 3,6 L offre une alternance indiscernable entre le tout électrique et le thermique permettant plus de 850 km de pleine liberté. Bien que les 50 km d’autonomie sans émanations soient une faible distance, celle-ci est vite accentuée par la régénération des accus lors des freinages. De transmission automatique à 9 rapports, la Chrysler permet une consommation sur route au dessous des 3 L aux 100 km en électrique et 8,4 L en tout thermique qui dans son segment la place en moins énergivore. Les 287 chevaux et le couple de 355 Nm gratifient d’autant plus sa catégorie et accorde une capacité de remorquage inédite (1,633 T).

L’un des habitacles les plus somptueux (5ème meilleur intérieur selon Wards Auto, mais premier sur son segment), la Chrysler Pacifica étonne de part ses procédés d’avancée technologique. D’abord un confort sonore incroyable : outre les isolations acoustiques, le véhicule est doté d’un système complexe qui résorbe les bruits ambiants par modulations. Une explication simple résulte dans la saisie des parasites par micros et émission contraire de leurs propres ondes. Ensuite, Harman Kardon propose en option nec plus ultra, une atmosphère ambiophonique avec 20 haut-parleurs et un ampli de 760 Watts : tout le monospace est comblé musicalement. Enfin, des écrans tactiles pour satisfaire toute la famille ; à l’avant, le plus grand possible 8,4 pouces digne d’un Smartphone au regard des fonctionnalités (même navigation 3D possible) et sur la rangée du milieu figurent deux tablettes de 10 pouces où passe-temps et amusement sont omniprésents (Uconnect accessible). Prises de courant et USB sont disponibles sur toutes les rangées et un aspirateur (Stow’n Vac) est même intégré dans le panneau latéral gauche à l’arrière.

L’enchantement est suprême pour tout occupant de la Chrysler Pacifica qui bénéficie d’ailleurs d’un toit panoramique ouvrant trois panneaux ; elle saura aussi ravir par sa modularité. Les sièges arrière dans l’ensemble se dissimulent adroitement dans le plancher : c’est le système Stow’n Go et le monospace devient fourgonnette de luxe. Disponible maintenant aux Etats-Unis, elle arrivera bientôt en France pour le bonheur de tous.