La boîte de vitesses automatique, que la démocratisation soit !


Image de

L'origine des engrenages épicycloïdaux (étages) dont le principe régit les boites automatiques remonte à la nuit des temps. En effet, les Grecs utilisaient avant Jésus Christ ces pignons. En ce qui concerne la naissance des voitures, l'histoire des boites automatiques est naturellement liée. Benz et le Victoria de 1893 arboraient déjà le train planétaire et les américains généralisèrent ce type de transmission avec la fameuse Ford A en 1903. Deux vitesses étaient d'usage en ce temps là comprenant la marche arrière.

C'est juste avant la première guerre mondiale que le système Hydramatic à quatre rapports vit le jour, c'est la révolution mécanique de 1939, tout les chars sont alors pourvus de cette transmission Cadillac qui allaient bouleverser la conduite à l'américaine. L'adoption de la boite de vitesses automatique (BVA) s'effectua massivement. En 1960, trois quarts des acquisitions automobiles se réalisaient en faveur de cette option. Aujourd'hui, plus de 90% des américains roulent automatique, les japonais ont vite emboités le pas. A titre comparatif, à peine 10% des français voient un attrait dans ce domaine, le coût excessif (2000 euros en moyenne) et la tradition manuelle fortement ancrée demeurent des points noirs.

Techniquement, la BVA substitue l'embrayage par un convertisseur de couple hydraulique. Ce dernier est nourrit par l'énergie d'une pompe qui lubrifie également l'ensemble. Ci dessous le schéma de principe pour les férus de mécanique. A noter l'électronique a ajouté maintenant un discernement pointu et rendu optimal grâce à ses capteurs et ses calculateurs. Le meilleur rapport de régime moteur appliqué à la vitesse est alors établi et ce dans une confort de conduite irréprochable.

Les avantages des boites de vitesses automatiques modernes sont indéniables: pas de crabotage surtout dans les accordéons de circulation (mode on/off), freinage d'urgence amélioré, démarrage en côte sans recul possible, consommation réduite, longévité bonifiée et finalement le plus intéressant : la capacité d'auto-adaptation selon la pression effectuée sur la pédale des gaz, le régime moteur est toujours optimisé.

Onéreuse et sans saveur diront les conformistes excessifs ; l'économie, la sécurité et le confort primeront et accorderont un bénéfice inouï pour l'avenir de cette boite de vitesses automatique et électronique. Les systèmes robotisés de transmission automatique sont maintenant bien éprouvés : Sensodrive de Citroën, S-Tronic chez Audi ... les prix tendent à décroître, en route vers l'automatisation européenne quand les voitures américaines de légende l'ont si fidélisée depuis des décennies.