La Oldsmobile 4-4-2 n'a pas dit son dernier mot


Image de oldsmobile 442

Nous connaissons tous le sort de l'enseigne Oldsmobile qui a été délaissée par un General Motors à l'agonie et ce peu de temps avant Pontiac. Il est bon de revenir sur un modèle tout particulier, la Cutlass 4-4-2 qui a marqué de son empreinte l'histoire de la voiture américaine, on 'est pas prêt d'arrêter la légende.

Sortie en 1961 des chaines de production, la Oldsmobile F-85 reprend le concept 88 de 1949 qui tente d'apposer un big block V8 dans une petite compacte. Le pari est loin d'être audacieux ; la Pontiac GTO, revendiquant plus fort son appellation de premier muscle-car, fait une ovation générale. Il est temps également de prendre des parts de marché à la Mustang, Oldsmobile s'emploie à créer un modèle moins cher mais technologiquement de même acabit. L'appellation 4-4-2 fait alors apparition désignant le carburateur à quatre corps, la transmission manuelle à quatre rapports et le double échappement. Les performances sont radicalement modifiées : le taux de compression est amplifié, le synchronisme des vitesses est amélioré et les pots en aluminium permettent un rendement plus fort. La Cutlass ainsi modifiée n'a plus rien à voir avec l'origine, elle est entrainée par ses 310 chevaux au galop pour l'année 1964.

Des renforcements sont nécessaires pour contenir ce bolide : pneus larges, suspensions lestées, barres de stabilisation, une panoplie de talent pour une standardisation. A la vue du succès grandissant et la course à la cylindrée, les chevaux font des poulains. D'années en années, le gain est ébouriffant, de 310 à 345 pour 1965. Le couple est faramineux, il permet un 0à 100km/h en 5,5 secondes. La compacte est devenue plus que sportive, les ventes s'en font ressentir, plus de 25000 unités pour cette année 65. Il en sera de même pour les deux années suivantes qui verront 350 chevaux se réunir sous le capot.

La troisième génération, celle des plus grand rêves, commence en 1968, l'esthétique rime avec l'aérodynamique, la robe est sublime et quand le spécialiste de leviers Hurst se met à la préparation de la 4-4-2 qui a cette année pris l'entière possession de son nom, on atteint le summum. Le nombre d'exemplaires produits est minime : avec seulement 515 Olds Hurst sorties de chez le préparateur, les acharnés n'auront qu'à bien se tenir. Dégoter une merveille comme çà en bon état résulte d'un miracle, les passionnés et collectionneurs s'arrachent ce bolide légendaire. La motorisation Hurst est la plus autoritaire avec le V8 de 7456 cm3 qui développe pas moins de 390 chevaux à 5000 tr/min. La couleur est argent avec de fines rayures noires latérales, un cocktail délicieux qui se fait malheureusement plus que rare.

Le partenariat avec Hurst se perpétue en 1969 dans un style plus flashy et résolument sportif avec les écopes d'air où figurent H/O 455 (signifiant Hurst/Olds 455 pouces cubes). Bicolore blanc-jaune, le raffinement s'estompe au profit de la grâce athlétique. Plus nombreuses, ces 4-4-2 modifiées restent très convoités, la magie des muscle-cars n'est pas prête de s'oublier de si vite. Les restrictions du débuts des années 70 changent un peu la donne, la popularité sur tous les modèles perd de son ampleur. Il ne demeure pourtant pas moins de 300 chevaux sous le capot pour la plus grosse cylindrée. En 1972 c'est de nouveau une version Hurst qui marque le grand retour mais la fin d'une série que l'on ne peut s'empêcher d'admirer.

A partir de 1973, les versions se déclinent et ne se ressemblent pas, c'est une autre voiture américaine à la sauce des époques modernes : moins de style et moins de puissance et cela s'empire avec le temps, le 4-4-2 réapparait bafoué. C'est la fin de l'ère des muscle-cars, seuls les collectionneurs, passionnés et bricoleurs honorent encore cette voiture de légende et perpétue celle-ci en restaurant et en prenant soin de ces merveilles des années 61-72. Présentée par des amateurs d'automobiles lors de rassemblements, la Oldsmobile est l'ingrédient d'une saveur inestimable.