Willys Jeepster, le dernier phaéton


Image de willys jeepster

Depuis le début du XXème siècle, la Willys Overland Motors est la deuxième société de fabrication d'automobiles derrière Ford. Renommée pour sa production de camions légers et de Jeep dont elle dépose la marque, Willys développe en parallèle de la demande militaire, une application civile : c'est la version CJ. Propre aux techniciens des forêts ou fermiers, Willys veut alors étendre sa gamme aux citadins et envisage un projet Jeepster en 1948. Ce dernier, très nostalgique, utilise une rangée de fauteils à dossier haut telle les phaétons d'avant guerre. Trois heureuse années se déroulent pour cette Willys Jeepster.

Certes Willys se renfloue avec le volume de Jeep construit pendant le conflit, mais un certain courage il faut pour réaliser une telle ébauche de voiture particulière. La Jeepster se compose du châssis de la Jeep Wagon et reprend nombreux composants de camions comme les ailes arrière. Loin de la finesse d'une Ford Super Deluxe qui est au même tarif, le style de la Jeepster ne laisse pas indifférent pour autant : la belle allure d'ensemble et les nombreuses fonctionalités de série ont leurs attraits. Ainsi, les flancs des pneumatiques sont blancs, une partie de la calandre reçoit une garniture chromée en forme de T, les pare-chocs chromés sont magnifiquement dessinés et un tissu couvre la roue de secours.

La Willys Jeepster accueille dans son ventre le Go-Devil, un moteur de 2,2 L. Avec ses 4 cylindres, il développe 63 chevaux. La robustesse s'est largement démontrée en tant de guerre. La motorisation est couplée à la transmission manuelle à 3 vitesses. Avec l'overdrive de série (surmutiplication du rapport), le rendement énergétique se trouve vraiment bon. La suspension avant est ferme grâce à son indépendance. L'option quatre roues motrices n'est malheureusement pas prévue, la traction arrière demeure l'unique possibilité. En 1949, s'ajoute le moteur 2,4 L et enfin rejoint par le 2,6 L (Hurricane) la dernière année de production ; chacun développe respectivement 72 et 75 ch. à 4000 tr/min.

L'habitacle est soigné : les sièges matelassés adoptent des contours surpiqués et colorés, leurs finitions est en cuir que l'on retrouve ailleurs sur les bandeaux de porte, les compteurs et les jauges sont préçis, l'assise arrière est surélevée tel un phaéton de l'époque. La radio et le chauffage restent en option mais très souvent demandés.

Au tarif de 1765 $, 10326 unités sortent des chaines de montage en 1948. Les ventes de Jeepster chutent ensuite. Finalement la production s'arrête en 1950, quelques modèles inchangés continuent d'être vendu en 1951. Au total quelques 20000 Willys Jeepster seront conçues. Affichant aujourd'hui une cote à 30000-40000 $ dans un bon état, elle saura ravir nombres connaisseurs.